Vous êtes déjà connecté au SSO avec un compte non autorisé sur ce site, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié ?
Seenovia > Actualités > Détail actualité

Maîtrise de l’appareil locomoteur des bovins au printemps

Actualité15/04/2020

Pour de nombreux élevages, la gestion de l’appareil locomoteur des bovins requière une grande attention.

Plusieurs lésions des pieds des bovins doivent être maitrisées, pour certaines la mise au pâturage rime avec amélioration

pour d’autres c’est le contraire.

Les lésions améliorées par le pâturage sont celles favorisées par l’humidité des bétons et l’encrassement excessif des sabots, il s’agit de la Dermatite Digitée et du fourchet. Les déplacements des animaux dans l’herbe favorisent le nettoyage des sabots.

 

 

Pour d’autres lésions, le pâturage peut au contraire les favoriser. Il s’agit des panaris, des blessures, voire des lésions tendineuses (type entorse).
On évitera les zones très boueuses, dans lesquelles les animaux ont du mal à se déplacer. La boue se déposant sur les onglons, la couronne et l’espace interdigité, peut en fonction de la météo, sécher et favoriser des lésions de la peau, blessures rapidement colonisées par des germes du panaris ou d’autres infections.

 

Les blessures sont également favorisées par des éléments traumatisants comme des cailloux rencontrés dans les chemins d’accès, aux entrées des parcelles ou autour de certains abreuvoirs. Certains chemins stabilisés avec des petits cailloux favorisent les blessures sous la sole, plutôt au niveau de la ligne blanche. Enfin attention avec des arbres ou haies abattus cet hiver et laissés à même le sol dans l’herbe.

 

 

Il est indispensable de surveiller les animaux se déplaçant difficilement. Un examen des sabots par l’éleveur ou un professionnel du parage est indispensable, plus on interviendra rapidement moins les pertes économiques directes et indirectes seront importantes. Ne laisser pas des animaux boiteux sans soin, et surtout dans un premier temps identifier la raison du trouble, la plupart du temps des soins locaux sans application de prescription vétérinaire médicale améliorent nettement la situation.
Les animaux se déplaçant mal produisent moins de lait et occasionnent une perte de temps importante pour aller et revenir au pâturage ainsi que pour se positionner sur les quais.
Dès les tous premiers signes d’une difficulté locomotrice intervenez et si plusieurs animaux sont concernés, recherchez en la raison.

 

Dr Hervé Baudet 

Vétérinaire conseil

Retour à la liste

Besoin de plus d'informations ?

Contactez-nous !

Contactez-nous !

... À voir aussi ...