Seenovia > Actualités > Détail actualité

Asséchant litière et si la solution était devant vos yeux !

Actualité26/06/2019Institutionnel

Le marché de la farine de paille, asséchant, sciure de bois est en plein développement pour l’entretien des logettes et le confort des animaux. Cette croissance pose une problématique qui est l’accessibilité à des tarifs raisonnables de ces produits. Le GAEC du Petit Moulin situé à Verneil Le Chétif (72) réfléchi depuis 3 ans à ce sujet.

En effet, le passage en système logette, lisier en 2016 avec la construction d’un complexe laitier composé d’un roto de traite et de 136 logettes avec matelas agriprom a bouleversé les pratiques. Les 3 associés de l’entreprise ont tout abord utilisé de la paille pressée avec un big-baller muni d’un broyeur sous la flèche. La paille broyée qui fait en moyenne 4 à 5 cm de longueur avec ce mode de récolte était distribuée devant les logettes. Etalée à la fourche deux fois par jour sur les logettes après le passage d’une raclette, la consommation était de 700 gr par jour, soit 35 tonnes par an. La consommation était jugée trop importante pour l’entreprise qui n’est pas auto-suffisante en paille. L’autre inconvénient est l’absorption limitée des jus par ce produit qui est coupé et non défibré. Le dernier point qui ne convenait pas à l’exploitation était la qualité du raclage qui n’était pas bonne à cause du volume important d’effluents à racler.

 

En 2017, le GAEC passe à la farine de paille. Ce produit était distribué au sceau deux fois par jour à hauteur de 150 grammes par passage. Les qualités absorbantes et asséchantes de ce produit ont satisfait les associés. L’entreprise a consommé en 2017 et 2018 quinze tonnes par année. Livré une fois par an par camion la farine est facturée 240 € HT la tonne. La dépense annuelle s’élevait à 3 680 €/an.  Comme pour l’utilisation de la paille de big broyée le temps de travail d’une heure minimum par jour a fatigué les associés et les a amené à réfléchir à la mécanisation.

Pour eux, l’automoteur Emily Ready qui permet de balayer les logettes et de distribuer l’asséchant est la solution. Arrivé sur l’exploitation en 2018, l’investissement de 21 800 € a permis de diviser l’astreinte par deux (15 minutes matin et soir) remplissage de la trémie compris (bâtiment de stockage à 20m). Les objectifs de réduire le temps de travail et la pénibilité sont atteints. De plus la qualité de nettoyage du tapis et la répartition de l’asséchant sont irréprochables.

En janvier 2019, dans un souci de réduction des charges et de ne plus être dépendant d’un fournisseur extérieur le GAEC a essayé le broyeur de paille de la CUMA départementale de la Sarthe, LA CIGALE. Le service clé en main de broyage de paille a duré 2 h 15 et a permis de broyer 9 tonnes de paille. Soit 50€ la tonne pour cette prestation facturée 200€ HT / heure. Le broyat obtenu est complétement défibré avec les 56 marteaux du broyeur. La granulométrie de 7 millimètres du produit passe très bien dans l’automoteur Emily et assèche bien les matelas des logettes. Comme la farine, ils utilisent là aussi 300 grammes par jour et par logette. Le produit est plus poussiéreux que l’asséchant du commerce. Ce point n’est pas limitant dans le bâtiment bien ventilé du GAEC. Pour Julien Fourreau cette prestation de broyage à la ferme va aussi intéresser les personnes qui distribuent les asséchants au sceau ou à la brouette car économiquement le calcul est très rapide. Dans le cas du GAEC du Petit Moulin cette nouvelle façon de faire permet un gain de 1 540 € par an*. De plus, il permet d’être autonome.

 

Si vous êtes intéressé par cette prestation, contactez l’Union des Cuma au 02.43.23.77.37.

Mathieu Heurbize

 

* Détails économiques :

  • Paille livrée dans la cour à 80 € / tonne
  • 50 €/tonne de prestation de broyage de paille CIGALE facturée 200 € / heure (débit de 4 tonnes par heure avec les grilles 6/9 millimètres)
  • 10 €/tonne d’accompagnement du chantier de broyage (20€/he de main œuvre + 20€/he de tracteur fourche)
  • Ce qui fait 140 €/tonne de broyat
  • Soit à l’année 2 140 € (pour 300 grammes/logette/jour)
  • Asséchant du commerce à 3 680€ broyat de paille « maison » à 2 140€ = 1 540€ de réduction de charge

 

... À voir aussi ...