Vous êtes déjà connecté au SSO avec un compte non autorisé sur ce site, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié ?
Seenovia > Actualités > Détail actualité

L'herbe pâturée : un fourrage économique

Actualité12/06/2018Projets & StratégieBovins lait

Dans les systèmes laitiers de nos régions, l’herbe représente les 2/3 de la surface fourragère. Au-delà, de l’image très favorable de l’herbe auprès des consommateurs et des exigences réglementaires, il existe de réels enjeux économiques pour l’éleveur. En effet, l’herbe valorisée sous forme de pâturage contribue à réduire le coût alimentaire.

Coût alimentaire de deux rations équilibrées à 25 l

Quand on compare deux rations équilibrées à 25 litres, une à base de pâture de qualité plat unique, et l’autre à base de maïs ensilage on constate une différence de coût alimentaire voisine de 50 à 60 €/1 000 litres. Concrètement, un troupeau produisant 250 000 l sur 150 jours avec un régime 30 % maïs et 70 % pâture aura un coût alimentaire inférieur de 8 700 € comparé à un troupeau en ration unique maïs.

 

Au-delà de la réduction du coût alimentaire, l’herbe pâturée présente d’autres atouts. Elle permet entre autres de diminuer les frais de mécanisation, d’améliorer l’état sanitaire du troupeau et de limiter le travail. Ainsi, dès que la portance des sols le permet, il sera important de commencer à déprimer l’ensemble des parcelles accessibles aux vaches.

 

A noter que sur des rations à base de pâture plat unique, de nombreux essais réalisés montrent que l’efficacité du concentré est faible : 0.8 à 1 kg de lait de lait par kg de concentré distribué. Ainsi, sur ce type de ration, pour améliorer la marge brute de l’atelier laitier, il est préférable de maîtriser les quantités d’aliments distribués et d’utiliser un concentré dont le prix est inférieur au prix du litre de lait.

 

 

Michel BETTON

Consultant technico-économique

Retour à la liste

Besoin de plus d'informations ?

Contactez-nous !

Contactez-nous !

... À voir aussi ...