Vous êtes déjà connecté au SSO avec un compte non autorisé sur ce site, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié ?
Seenovia > Actualités > Détail actualité

Témoignage

Témoignage14/06/2018Bovins viande

" Se libérer du temps et réduire la pénibilité " font partie des objectifs de Franck BEZIER, éleveur en Loire-Atlantique. Son travail d’astreinte estimé est plus faible de 6 heures/vêlage/an par rapport à la moyenne. Ça représente un gain de plus d’une heure et demie par jour.

Franck BEZIER, VIGNEUX DE BRETAGNE (44)

Naisseur engraisseur - 90 vêlages Blondes d'Aquitaine - 110 ha

 

La clé de voûte : une seule et unique saison de vêlages

 

La période de reproduction se limite à trois mois, essentiellement en IA, pour des vêlages de septembre à fin novembre. Celle-ci favorise l’efficacité au quotidien avec une seule " bande " : une seule période de surveillance des chaleurs, constats de gestion en janvier, sevrage de tous les veaux en juillet…

Techniquement, l’éleveur a fait le choix du vêlage précoce (24-26 mois) pour " limiter les animaux improductifs et les lots supplémentaires à gérer". "Aussi, lors des choix de taureaux je cherche desqualités maternelles avant tout, aptitude au vêlage et qualité laitière."

 

 

 

L’autre motivation, maximiser le pâturage

Offrant une meilleure autonomie, Franck met l’accent sur l’herbe pâturée pour l’ensemble du troupeau à partir du printemps, permettant ainsi la fermeture des silos. Avec une mise à l’herbe précoce qui s’étale de février à mars, les prairies pâturées sont exploitées jusqu’à l’automne avec une complémentation estivale selon les années.

 

Une alimentation hivernale simplifiée

Pendant ces 3 à 4 mois, les bovins sont affouragés 3 à 4 fois par semaine avec le chargeur du tracteur.

Les silos des deux fourrages distribués (ensilage maïs et ensilage herbe) sont situés à quelques mètres des tables d’alimentation.

Malgré cette organisation, Franck souhaite élever moins de vaches : " J’ai fait vêler 95 vaches l’an passé. Je me rends bien compte que je suis rendu au maximum en temps de travail. Il va falloir revenir à un optimum (80 vaches) et non un maximum !".

 

 

Kévin GÉRARD-DUBORD

Consultant viande bovine

Retour à la liste

Besoin de plus d'informations ?

Contactez-nous !

Contactez-nous !

... À voir aussi ...